[info] 2e saison de l’AMAP de Lure

[info] 2e saison de l’AMAP de Lure

Mise à jour : la prochaine réunion se tiendra le 7 mars, à la salle culture et loisirs de Montlaux, à 16h. Les participants échangeront sur les nouvelles modalités à définir pour la saison 2021.

L’AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) de Lure recrute des consommateurs pour sa deuxième saison, dont la première distribution aura lieu le lundi 1er mars prochain.

Une réunion d’information pour accueillir et renseigner les nouveaux membres, ceux qui hésitent encore et les membres actuels, se tiendra le samedi 13 février prochain à 16 heures à la salle Culture et Loisirs de Montlaux – dans le respect des contraintes sanitaires du moment.

Un an déjà !

En juillet dernier, nous avons fait un reportage sur l’AMAP de Lure pour présenter les principes et le fonctionnement de ce marché particulier qui se tient tous les lundis à 18h devant la salle Culture et Loisirs de Montlaux – bientôt à proximité de son futur bistrot de pays. La première distribution a eu lieu le 2 mars 2020 et les suivantes se sont enchaînées sans interruption jusqu’à fin novembre. À cette date, la production de fromage local cesse (brebis et chèvres) et le maraîchage diminue : les distributions s’interrompent jusqu’au mois de mars.

Cette première saison a servi de rodage. Grâce à l’assiduité des producteurs et des consommateurs, et à la contribution bénévole des « référents » (membres chargés de gérer tous les contrats entre les uns et les autres) le bilan de cette première saison se révèle positif. Comme souvent au Nouvel An, c’est le moment de prendre des résolutions et l’AMAP de Lure souhaite faire évoluer son organisation pour plus de souplesse et de convivialité, en stimulant la participation et les échanges entre Amapiens. Toute idée qui ira dans ce sens est bienvenue.

Quels produits en 2021 ?

L’AMAP de Lure compte six producteurs (peut-être sept) certifiés bio ou garantissant de ne pas utiliser de pesticides de synthèse ni d’engrais chimiques. Leurs produits sont de saison et de grande qualité. Leurs pratiques sont respectueuses du vivant et de l’environnement. Par ordre alphabétique :

  • Patricia, Christian et Romain Arribert, Fontaine neuve à Cruis : pommes de terre, farine de blé de variétés anciennes, viande de brebis de race rustique Bizet, viande de bœuf de race Villard-de-Lans  (voir le reportage) ;
  • Iris Comtat, Le jardin des Charrons à Ongles : maraîchage ;
  • Céline Drouin et Florentin Schaal, Fermes des Gipières à Montlaux : fromages de brebis, produits laitiers (voir le reportage) ;
  • Lucie et Aurore, à Sigonce : fromage de chèvre;
  • Magaly, Ferme Jasienda à Cruis : œufs, miel, transformation de plantes sauvages ;
  • Wiz (Elisabeth Corns), à Cruis : volailles ;
  • et, peut-être des endives et des champignons mais c’est à confirmer en fonction de l’intérêt des consommateurs pour ces produits.

Les fromages, les légumes et les œufs sont proposés en 2 ou 3 tailles de panier par livraison hebdomadaire. Chaque adhérent choisit les produits qu’il souhaite consommer durant l’année et, pour chacun, le volume qui lui convient. D’autres produits tels que les colis de viande ou de volaille, les farines, des yaourts, etc. sont proposés ponctuellement ou à la demande. Il reste toujours possible de faire des commandes spécifiques auprès des producteurs.

Pourquoi adhérer à L’AMAP de Lure ?

Pour en savoir plus vous pouvez consulter la charte des AMAP – c’est un modèle national.

Beaucoup sont convaincus que c’est une bonne idée de se nourrir sainement en mangeant bio et en soutenant l’agriculture paysanne locale, mais tous n’adhèrent pas forcément à une AMAP.

D’un point de vue financier, les membres s’y retrouvent largement car les producteurs jouent le jeu, mais c’est en contrepartie de leur engagement à long terme et, pour les légumes, de leur renoncement à choisir le contenu de leur panier : c’est le maraîcher qui les compose en fonction de l’actualité potagère, si l’on peut dire. Les adhérents jugent que cette contrepartie est le prix nécessaire à payer pour encourager les paysans locaux, dont les revenus restent toujours aléatoires, et tisser des liens sociaux sur notre territoire.

Quelques témoignages et questions fréquemment posées au sujet de l’AMAP sont ici réunis, assemblés sous forme d’un dialogue, pour éclairer le sujet. Vous pouvez utiliser les commentaires au bas de cet article pour formuler vos propres interrogations ou remarques.

quand-je-veux-si-je-veux : Je suis écologiste, je mange bio et local en suivant le rythme des saisons mais je préfère acheter ce que je veux, quand je veux dans les marchés, les magasins de producteurs ou directement chez les paysans. C’est beaucoup moins contraignant.

je-m’engage : Il faut voir l’AMAP comme un engagement, une solidarité avec le monde paysan. D’un côté le « consommateur » s’engage à payer à l’avance au début de chaque mois de son contrat le montant des paniers commandés et, de l’autre, le producteur s’engage à livrer, une fois par semaine, les produits demandés. L’avantage est que, pour les producteurs, leur trésorerie est assurée pendant la durée du contrat. Les consommateurs ont, eux, la garantie d’une livraison par semaine et la surprise de découvrir de nouveaux produits de saison, frais, sans produits chimiques et locaux. Les producteurs font l’effort de nous proposer des prix très abordables. C’est important pour nous, et cela leur permet de démontrer que manger bio n’est pas le privilège des riches.

pas-le-temps : Je suis une végétarienne bio et j’aime cuisiner. Je travaille beaucoup et j’ai des activités sportives et culturelles qui font que mon emploi du temps est très contraint. Aussi, je rationalise mes courses en les faisant le plus souvent dans le cadre de mes déplacements et je ne saurais consacrer du temps en plus à l’AMAP. D’une part, je ne trouverais pas là tout ce dont j’ai besoin pour la semaine et d’autre part je ne serais pas toujours disponible pour les distributions.

l’AMAP-c’est-sympa : On peut aussi voir l’AMAP comme une « sortie ». Lorsque l’on va au marché, on fait des rencontres, on discute et c’est convivial mais à l’AMAP ça l’est encore plus. Ce rendez-vous hebdomadaire permet de tisser des liens entre les Amapiens, qu’ils soient producteurs ou consommateurs. Ces rencontres régulières ont été particulièrement appréciées durant les périodes de confinement. C’est l’occasion de partager des recettes, de s’intéresser aux pratiques des producteurs, d’échanger des nouvelles ou simplement de parler de la pluie et du beau temps. Et en plus, cerise sur le gâteau, bientôt à côté du lieu de distribution, on aura un café pour continuer les discussions. Il est important aussi que ça reste souple : quand on doit sauter une distribution on prévient l’un des Amapiens qui récupèrera notre livraison.

pas-rassuré : En m’engageant dans une AMAP, je ne sais pas trop à quoi m’attendre et c’est pour un an. Que se passe-t-il si je suis déçu ?

prudente-et-contente : Au début je craignais un peu de m’engager sur une saison, mais finalement on connaît déjà la plupart des producteurs, et leurs produits. Je me suis débrouillée pour en savoir plus sur ceux que je ne connaissais pas. J’ai commencé avec des petites quantités. Cette année, je vais probablement prendre un panier de légumes plus gros.

déconcerté : Quand j’achète un ½ agneau, il y a des morceaux dans mon colis dont je ne sais que faire et que je n’aurais pas acheté. Pareil avec certains légumes : on ne les choisit pas et pour certains je ne sais pas comment les cuisiner.

gourmand : Notre maraîchère nous explique toujours les qualités nutritives et gustatives des légumes qu’elle propose et les différentes façons de les consommer. Les produits de l’AMAP nous donnent l’occasion de cuisiner varié, d’essayer de nouvelles recettes en sortant de nos habitudes, et donc de répondre plus facilement à l’éternelle question : qu’est-ce que je fais à manger ce soir ? C’est intéressant car je trouve qu’en cuisine on a du mal à se renouveler. Avec les « bas morceaux » d’un agneau on peut faire de très bonnes soupes, comme la chorba par exemple. Suivre les saisons a aussi l’avantage d’apprécier chaque légume à sa juste valeur car les produits de saison sont les meilleurs et quand arrive la bonne tomate que l’on n’a pas mangée depuis longtemps on l’apprécie d’autant plus.

Adhérer ou vous informer

Si vous souhaitez rejoindre l’association ou vous informer vous pouvez :

  • vous rendre à la réunion du 13 février à 16h à la salle Culture et Loisirs de Montlaux 
  • écrire à  AMAP.de.LURE@lilo.org
  • appeler le 06 83 84 64 19

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Ce site Web utilise des cookies pour une meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous confirmez votre accord avec cette pratique, et vous acceptez notre politique (cliquez sur le lien pour plus d'informations). plugin cookies

OK
Aviso de cookies