[mairie] Bonne année – la mairie communique !

[mairie] Bonne année – la mairie communique !

7 mars 2022, mise à jour : une communication avec les responsables de l’Auberge nous amène à rectifier le sujet sur les coûts de rénovation des abords de l’Auberge, au chapitre du bilan, qui avaient, dans un premier temps et par erreur, été associés à la galerie. Nous les remercions pour cette diligence.

__________________________

Un peu plus d’un an après le premier et dernier bulletin municipal, les vœux de notre maire reprennent la fonction de bilan de l’année qui se termine et de préfiguration de l’année qui vient. C’est quand même dommage que cette idée de bulletin, qui eut pu être mensuel ou trimestriel, soit abandonnée – d’autant plus que cinq (5) membres du conseil municipal en sont chargés.

Mais cette communication va encore plus loin que la première dans le sens de l’explication des stratégies communales. Le maire justifie même certaines décisions – nous saluons cette démarche inédite.

Nous y voyons l’effet de notre action dans le sens d’une plus grande transparence, ce qui prouve qu’on nous lit, et nous félicitions la mairie de cette évolution. Tout cela appelle cependant quelques commentaires.

Les vœux proprement dits

Ce texte reprend les éléments classiques de l’exercice.

On note le remerciement de « toutes les associations du village pour leur disponibilité et leur engagement » – l’association Cruis citoyen se reconnaît ici.

Par contre, quand le maire parle « d’être à la tête d’une équipe motivée » on reste dubitatif. Il faut croire que les actions du conseil municipal ne sont pas suffisamment communiquées pour que nous puissions en prendre connaissance. On note aussi un certain absentéisme aux conseils municipaux.

L’éloge funèbre de Mestre Micoulin est bienvenu, et mérité. Dans ces moments, il faut oublier les anciens différends.

Le bilan

La liste des « acquisitions, rénovations, locations et mise en valeur » ne changera rien à la vie des Crussiens, mais pourquoi pas ?

Au passage, on répond à notre article sur les finances de Cruis en affirmant un « bon niveau de trésorerie » et une « situation financière très saine ». Nous revenons en fin d’article sur ce point particulier, qui mérite qu’on s’y attarde.

Il eut été intéressant de connaître le calcul qui justifie l’acquisition de 31 hectares de forêt, vu qu’on nous a privés des coupes affouagères et que « les produits de la forêt ne [rapportent] presque plus rien » (lit-on en page 2 du bilan).

L’idée de rentabiliser la galerie, souvent inutilisée, n’est pas mauvaise, mais serons-nous, désormais, privés d’expositions ? Et ce futur commerce qui « ouvrira très prochainement », de quoi s’agit-il ? Ni le bilan ni les projets ne le précisent et pourtant le maire a l’air au courant – le loyer est même déjà fixé.

Le tableau des acquisitions et de leur rentabilisation est intéressant mais il ne faut pas oublier que les emprunts ont aussi une durée de remboursement. Un emprunt de 80 000 € remboursé à raison de 4 460 €/an, pour les grandes voûtes, ça va chercher dans les 20 ans au moins – avec un bénéfice annuel d’environ 5 000 €, il est vrai. Pour le local du parking l’équation est moins favorable : avec un remboursement de 3 456 €, sur un emprunt qui devrait courir environ 15 ans, la location de 3 600 € ne couvrira pas la taxe foncière en plus des remboursements, ni les frais d’entretien incombant au propriétaire, une opération qui ne justifie pas, au final, ce qu’on affirme tout de suite après : « Les recettes nouvelles ne pouvaient venir qu’en valorisant notre patrimoine foncier » – il faudra attendre une quinzaine d’années avant que cela ne se vérifie, dans ce cas particulier.

Le sujet de la rénovation de l’Auberge est traité de manière quelque peu confuse, un investissement de 106 000 € étant évoqué tandis que la réalisation des travaux serait effectuée bénévolement par « l’aubergiste […] aidé par un employé communal ». Il faut probablement mettre cette ambiguïté sur le compte d’une formulation maladroite. A ce propos, on ne dit pas ici que l’Auberge a bénéficié d’une exonération de loyer en échange de ces travaux, comme on le voyait dans le compte rendu du conseil du 14 décembre dernier. La mairie n’a malheureusement pas souhaité communiqué sur les chiffres en jeu. [Selon les gens de l’Auberge, cette exonération s’élèverait à seulement 10% du montant de leurs travaux.]

Autrement, nous sommes heureux que la mairie ait renouvelé tout son matériel informatique et de photocopie. Nous espérons seulement que cela était nécessaire car ce n’est pas expliqué.

Enfin, à propos du site internet de la commune, trois choses :

  • Un programmateur est un dispositif qui sert à régler les horaires d’allumage d’un appareil électrique, un chauffage, etc. Un informaticien qui fait des programmes est appelé un programmeur.
  • Le site internet que vous êtes en train de lire, cruis-citoyen.fr, a mis environ 1 mois à se construire, à temps partiel, avec ses rubriques, son agenda et son forum – sans parler des contenus qui sont arrivés au fur et à mesure. Il y a fort à parier que le nouveau site de Cruis, dont les contenus sont déjà réunis, sera moins complexe que celui-ci : prendre une année de retard sur un projet de cet ordre est difficilement compréhensible, d’autant plus que la date de mise en ligne annoncée (janvier 2022) n’a manifestement pas été respectée. Nous souhaitons un prompt rétablissement au prestataire, qui a dû avoir des problèmes de santé pendant tout 2021 – et qui doit jouir d’un certain soutien pour n’avoir pas été remplacé pour défaut de livraison.
  • Mais en fait, un site internet est moins affaire d’informatique que de design : design éditorial, design graphique, design fonctionnel… Aujourd’hui, on peut très bien assembler un site sans aucune programmation à partir de modules préexistants – témoin, encore une fois, cruis-citoyen.fr

Les projets

L’idée d’investir dans l’amélioration des installations scolaires est certainement louable. On aimerait cependant comprendre la logique de ces investissements, amorcés déjà l’an dernier comme nous en parlions dans notre commentaire du conseil municipal du 10 décembre 2020, et qu’annonçait le conseil d’école du 13 novembre 2020. Il était alors question d’un budget de 137 000 €, et l’architecte chargé de la maîtrise d’œuvre était déjà choisi. On parle maintenant d’un budget de 186 000 €. Est-ce le premier budget qu’on a dû augmenter, ou s’agit-il d’un autre chantier, portant l’investissement global à plus de 320 000 € ?

Autrement, les investissements vont à l’église, au presbytère et à la cour du cloître. C’est une bonne chose d’entretenir notre patrimoine s’il n’y a pas d’autres priorités. Il est question d’installer une nouvelle galerie – voilà qui répond à la question que nous posions plus haut au sujet des expositions. Donc nous abandonnons une galerie… pour en créer une autre. Pourquoi pas  ? Ce sera de nouveaux frais d’entretien et d’assurance, mais le petit loyer de l’ancienne salle abondera nos ressources.

Il est assez indécent de lire que l’éclairage public des chemins Saint-Jean et des Olivettes sera rénové, alors que les chemins du Jas de Nordon et de Saint-Pierre demeurent dans l’obscurité totale, malgré les plaintes répétées de leurs riverains comme nous en parlions dans le contexte des municipales. La mairie n’a jamais daigné expliquer sa position sur ce sujet, qui fait des habitants de l’est du village des citoyens de seconde zone.

Enfin, cette idée de parking vers l’ouest a ses détracteurs. Les gens vont-ils vraiment se garer tout là-bas pour accéder aux commerces du centre ? Le parking des mûriers devrait servir à cela mais il est déjà bien rempli par les voitures des résidents du village.

Sur le sujet des services et compétences de la Comcom, nous avons déjà développé la question dans le commentaire sur le conseil municipal du 14 décembre dernier. A cela s’ajoutent les nouvelles dispositions pour la collecte des déchets : les colonnes qui ne seront vidées qu’une fois par semaine. Si ce système est plus efficace, la somme exorbitante que coûte la gestion des déchets à chacun pourrait-elle être réduite ?

Voilà les projets. Auriez-vous d’autres attentes pour l’évolution du village ? La publication des comptes rendus des conseils municipaux sur le futur site ? La concertation citoyenne pour discuter de nos opportunités, et de nos griefs ? Des options de mobilité pour les gens qui n’en ont pas ? Des jardins partagés ? L’enterrement des fils électriques et de téléphone ? L’entretien des réseaux d’eau et d’assainissement ? L’accueil aux nouveaux arrivants ? Les coupes affouagères ? Une gestion plus écologique des jardinières du village ? L’accès à la mairie pour les fauteuils roulants ? Ou simplement une plus grande transparence dans la conduite des affaires municipales ? Exprimez-vous.

L’oubliée…

C’est la première fois depuis plusieurs années que le maire n’évoque pas la centrale photovoltaïque dans ses vœux, écrits ou prononcés. Que se passe-t-il ?

Le permis de construire de ce projet, attribué à la société Boralex, a été accordé le 1er février 2017. Un permis de construire vaut normalement 3 ans, et est automatiquement prorogeable à 2 reprises, 1 an chaque fois : 3 + 1 + 1 = 5, soit 5 ans de validité. 2017 + 5 = 2022, et ce permis est donc caduc à compter du 1er février de cette année. C’est arithmétique.

Nous avons eu plusieurs fois l’occasion d’évoquer le sujet dans ces pages, notamment avec cette tribune, ce redressement d’information et le commentaire du bulletin 2020, qu’on pourra relire pour se remettre tout ça en mémoire. Ces retards sont principalement le fait de l’opérateur, qui a mis plusieurs années avant de songer à utiliser son permis. Le recours qui bloque actuellement le projet, déposé par l’association Amilure, ne date que de 18 mois. Boralex avait eu plus de 3 ans avant cela pour intervenir.

Un nouveau permis sera-t-il déposé ? C’est tout à fait possible, mais ce qui se joue en ce moment au tribunal n’a plus de sens car le jugement portera sur une dérogation qui ne pourrait de toute façon s’appliquer, faute de permis en cours de validité. Surréaliste ? Un peu. Une nouvelle étude d’impact environnemental serait nécessaire, peut-être une nouvelle enquête publique… Toutes ces procédures juridiques et administratives font vivre plein de gens mais, et c’est le moins qu’on puisse dire, elles ne sont pas très productives…

Quoi qu’il en soit, il est étonnant que le maire ne fasse pas le point sur ce projet – abandon ou récidive ?

Finance, quand tu nous tiens…

Depuis que nous avons commencé à prendre la parole, dans le contexte des municipales 2020, nous avons régulièrement pointé les chiffres publics de nos finances, qui affichent une grande fragilité apparente. Chaque fois, la réponse de la mairie est la même : c’est faux, nos finances sont saines. Mais jamais on nous explique pourquoi les chiffres publics sont si inquiétants, jamais on ne démontre l’erreur d’interprétation, jamais on n’oppose d’autres valeurs plus rassurantes. Pourquoi ?

Il est intéressant de comparer les chiffres que nous mettions en avant en 2020 et ceux qu’on trouve aujourd’hui. On dit souvent que l’économie d’une collectivité est en dents de scie, qu’il ne faut pas regarder une seule année mais plusieurs qui se suivent, pour avoir une perspective plus juste de sa santé financière. Nous avons maintenant l’occasion de le faire. Si l’on compare par exemple cette synthèse avec celle que nous faisions valoir en 2020, on remarque principalement que :

  • nos charges de personnel sont toujours énormes comparées à la strate (les communes de même taille – presque 170%) ;
  • nos impôts locaux représentent toujours environ 140% de ceux de la strate ;
  • notre résultat comptable, déjà peu reluisant, a baissé brutalement (11% de la strate contre 41% auparavant) ;
  • nos investissements se portaient mieux à l’époque – ils sont aujourd’hui inférieurs à la strate, mais les emprunts souscrits étaient aussi importants (530% supérieurs à la strate) ;
  • notre dette a légèrement diminué tandis que celle de la strate a légèrement augmenté – enfin une bonne nouvelle.

Sur le site des impôts, on trouve notre CAF (capacité d’autofinancement), principal levier de nos investissements potentiels. Elle était alors de -459 €/habitant, contre 88 € pour la strate, ce qui était catastrophique. La situation s’est quelque peu redressée mais demeure nettement à notre désavantage, passant en 2019 à -37€/habitant (contre 93 € pour la strate) puis -49 €/habitant en 2020 (contre 92 € pour la strate). Cette faiblesse en termes d’autofinancement semble donc chronique et, sans reconnaissance de la situation par la mairie, n’est pas en voie de redressement. D’ailleurs, comme nous l’écrivions récemment, sans changement structurel il faudrait plus de 26 ans à Cruis pour se désendetter – si tant est qu’on cesserait de contracter des dettes. En 2020, à raison de 627 € de dette par habitant, pour 647 habitants nous avons plus de 400 000 € de dettes.

Pour ce qui est du fonds de roulement, qui permet d’assumer les charges courantes, il représentait il y a 2 ans 47% de la strate, ce qui était déjà alarmant. Aujourd’hui il a fondu à 8% du fonds de roulement de la strate. Cela veut dire, en gros, que nous n’avons pas un sou d’avance pour assurer le fonctionnement de la commune.

Sur le site de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locale, que nous avions aussi cité en 2020, on trouve notamment aujourd’hui ces valeurs :

Le groupe de référence est constitué de toutes les communes de notre Intercommunalité, à l’exception de Forcalquier, d’une catégorie trop différente. En 2020, les chiffres étaient les suivants (même groupe de référence) :

On voit tout de suite l’évolution : nos recettes étaient déjà inférieures aux dépenses, mais l’écart s’est creusé. En conséquence notre fonds de roulement continue de s’évaporer, au contraire des communes voisines. Et ceux qui verraient là un argument pour défendre notre taxe foncière outrancière, la plus élevée du secteur, s’y tromperaient : dans les communes bien gérées, ce sont les investissements qui génèrent des recettes en rapport – des loyers réalistes, par exemple. Comme on l’a souvent démontré, chez nous, ce sont les frais de fonctionnement qui nous plombent.

La comparaison des chiffres de la commune avec ceux du groupe de référence étaye cette analyse de façon éloquente et irréfutable. Et les charges particulières que représentent l’agence postale et l’école ne justifient pas ce gouffre de dépenses fonctionnelles : elles sont largement compensées, respectivement par La Poste d’une part, et la conjonction d’aides de l’Etat et des contributions des communes voisines d’autre part.

On serait bien content de faire erreur dans notre interprétation, et de découvrir que Cruis va, au contraire, très bien. Mais ces chiffres sont publics et se confirment d’année en année : pourquoi la mairie n’explique-t-elle pas l’illusion d’optique de ces analyses, si elles sont fausses, plutôt que de se borner à affirmer la santé de nos finances sans aucune justification ? S’il existe une explication, pourquoi ne pas la communiquer ?

S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
Plus récents
Plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
J.L.
J.L.
10 mois passé(e)(s)

Moi j’ajouterais à la liste du Père Noël: des activités culturelles comme à Montlaux. Pourquoi dans notre village où les habitants sont 3 fois plus nombreux il se passe 10 fois moins de choses?

Last edited 10 mois passé(e)(s) by J.L.
christiane montpellier
10 mois passé(e)(s)

Les chemin du jas de nordon et de saint pierre ne doivent pas faire parti de la commune de CRUIS.
Par contre notre taxe foncière est très onéreuses et doit certainement aider les travaux de la commune.
Nous sommes les éternels oubliés par rapport aux travaux qui se font inlassablement au village.

Anne Marie B
Reply to  christiane montpellier
9 mois passé(e)(s)

Hihihi!!! il y a longtemps, je dénonçais l’état des caniveaux le long du chemin au départ des collecteurs ordures ménagères en direction du chemin de st pierre! C’est une véritable honte! Chaque fois que j’y passe, je regrette de ne pas avoir une pelle avec moi: je mettrais tout au milieu de la chaussée pour voir la réaction! Pourtant, le maire passe très souvent par là….
Au niveau de la croix (récente) un buisson déborde bien et gêne le passage des piétons au niveau du visage!
christiane, vous parlez des travaux dans le village, et vous avez raison de les évoquer: les jardinières autour de la place de l’abbaye ont été repeintes récemment par….un habitant de Cruis! Je me demande comment on fait pour rentrer dans le budget son indemnisation??? A moins que ce ne soient “des travaux d’intérêt général”????
Un détail qui me fait sourire (jusqu’à ce que tombe, je croise les doigts pour que ça n’arrive pas!), les marches pour accéder de la place de l’abbaye à la boulangerie (et d’autres escaliers) ont vu arriver une bande jaune peinte visible uniquement à la montée, mais par expérience, je peux vous dire qu’à la nuit tombée, les descendre est une aventure puisque là, on ne voit rien!!! Normal, les bandes ont été peintes sur la face verticale intérieure! Nous avons des génies ou plus assez de peinture?
Tout va encore très bien madame la marquise!

Anne Marie B
10 mois passé(e)(s)

Auriez-vous d’autres attentes pour l’évolution du village ? La publication des comptes rendus des conseils municipaux sur le futur site ? La concertation citoyenne pour discuter de nos opportunités, et de nos griefs ? Des options de mobilité pour les gens qui n’en ont pas ? Des jardins partagés ? L’enterrement des fils électriques et de téléphone ? L’entretien des réseaux d’eau ? L’accueil aux nouveaux arrivants ? Les coupes affouagères ? Une gestion plus écologique des jardinières du village ? L’accès à la mairie pour les fauteuils roulants ? Ou simplement une plus grande transparence dans la conduite des affaires municipales ?

Vous avez tout dit! Alors que rajouter d’autre?
Pourquoi la mairie n’a-t-elle jamais pris position lors de la “crise sanitaire”?
Pourquoi toujours des conseils municipaux à huis clos? Combien de temps encore va-t-on nous prendre pour des c..s?

J’ai visité “le nouveau site”, je ne vois pas grande différence!

Bonne journée

Anne Marie B
Reply to  rédaction Cruis citoyen
9 mois passé(e)(s)

Bonjour Cruis citoyen
La distribution des masques, c’est bien mais c’était obligatoire!
Lorsque je parle de position, c’est: la mairie soutient-elle les soignants suspendus (il y en a au village qui ont dû changer de métier)? Je leur avais adressé un courrier dans ce sens ainsi que la copie d’un autre adressé au parlement européen!
Dommage que ceux qui sont proches de la municipalité et qui lisent nos commentaires, ne commentent pas! Faut-il leur rappeler qu’ils peuvent utiliser un pseudo?

Alain
Alain
10 mois passé(e)(s)

J’ai décidemment toujours autant de plaisir à lire mon Cruis Citoyen….
Merci

Ce site Web utilise des cookies pour une meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous confirmez votre accord avec cette pratique, et vous acceptez notre politique (cliquez sur le lien pour plus d'informations). plugin cookies

OK
Aviso de cookies